Su Fratelli

Anonyme
Chanson en florentin rustique inspirée par la mort de Sante Geronimo Caserio, un boulanger et anarchiste italien, assassin du président français Sadi Carnot le 24 juin 1894, où il poignarde mortellement le président Carnot durant un défilé à Lyon. Condamné à mort par la cour d’assises du Rhône le 3 août, il est guillotiné 13 jours plus tard.. Le chant a été recueilli pour la 1ère fois par Caterina Bueno à Bivigliano, un hameau de la commune de Vaglia, par la voix d’un paysan nommé Pietro Zeppi et enregistré en 1964 par Roberto Leydi. (antiwarsongs.org)

3 couplets piano, le bis du 3ème forte, et dans le bis faire une pause générale pour chanter la dernière phrase mega forte.

[_] marque le fait que la voix basse commence et tient la 1ère syllabe pendant un temps avant les autres.

Couplet 1 : unisson voix lead
Couplet 2 : voix lead + voix basse
Couplet 3 (bissé) : voix lead + voix basse + voix ténor/haute (= voix basse à l’octave au-dessus)

3 voix en entier (Chantemerle-les-Blés 2020) :

3 voix en entier (Chantemerle-les-Blés 2020) :
(on entend mieux les voix basse et ténor que sur la précédente version)

Voix lead (Chantemerle-les-Blés 2020) :

Voix basse (Chantemerle-les-Blés 2020) :

Voix lead + basse (Chantemerle-les-Blés 2020) :

Su fratelli pugnamo(-o) da for(-or)ti
Contro_i vili tiranni(-i) borghe(-e)si
Ma come fece(-e) Caserio e compa(-a)gni
Che la morte(-e) l’andiede_a incontrà.

[_] Non vogliamo più servi e padro(-o)ni
[_] L’eguaglianza sociale(-e) voglia(-a)mo
Ma quelle terre(-e) che noi la(-a)voria(-a)mo
A noi tutti(-i) le spese(-e) ci fa.

[_] La mia testa schiacciate(-e)la pu(-u)re
[_] Disse | Caserio agli_inquisi(-ei)si suo(-o)i   [inkwizi-izi swo-o-i]
[_] Ma l’anarchia è più forte(-e) de tuoi(-i)
Presto presto(-o) shiacciarvi(-i) dovrà.

[_] La mia testa schiacciatela pure
[_] Disse – Caserio agli inquisisi suoi
[_] Ma l’anarchia è più forte de tuoi
(tutti, forti, après une pause commune) Presto presto schiacciarvi dovrà.

Traduction :
Frères, debout ! Luttons avec courage / contre les lâches tyrans bourgeois / mais comme ont fait Caserio et ses camarades / qui sont allés jusqu’à la mort.
Plus de serviteurs, plus de maîtres, / nous voulons l’égalité sociale / mais ces terres que nous labourons / Nous les payons de notre vie.
Écrasez ma tête si vous voulez / dit Caserio à ses juges / mais l’anarchie est plus forte que vous, / Bientôt elle vous écrasera.