ADEKALOM

Danyel Waro, 1994
La Réunion, le 25 octobre 1979. Les frères Adékalom, agriculteurs dans le sud de l’île sont arrêtés dans la forêt de l’Étang-Salé car leurs animaux paissaient sur une parcelle de l’ONF. Leur troupeau de cabris est saisi et vendu aux enchères. De cette histoire est née une lutte dure, complexe, où le combat des frères est devenu un symbole de la résistance réunionnaise. « Soutenu par des chanteurs de maloya puis par le Parti Communiste, le combat des frères Adékalom est devenu un symbole de la résistance réunionnaise contre des décisions prises depuis Paris sans prendre en considération les réalités locales » (Libération).

pour en savoir plus: EMISSION de radio « Maloya là bas » de Daniel Mermet en Mai 2014, à la réunion:

[ D# F# D A D#m B F#m C# G Gm]

Adékalom (*3) paye pas
Adékalom (*3) paye pas l’amende là (x2)

Namett ensemble (*3) larg’ pas
Namett ensemble (*3) larg’ pas lo kor là (2x)

Anon fé rend (*3) bann a
Anon fé rend (*3) bann a la terre là (2x)

Dé feu dann’ cann’ (*3) la loi
Dé feu dann’ cann’ (*3) la loi la France là (2x)

Adékalom (*3) paye pas
Adékalom paye pas l’amende là (x2)

(break percus corporelles)

Ici la Réunion
kartié étang-salé
3 jeunes réyonais
la patti marron (2x)

Ca bond Adékalom té misère
Grand matin ker soleil gros fé noir
Un grand l’anné su la terre veinard
Aujourd’hui zot i veut pu souffert (2x)

Ici la Réunion
3 jeunes Réyonais
Zot la refusé
crev’ comme ticolon (2x)

Zot idit comm ça nous sat mi veut
la pas kit nout’ pays embarqué
Mais seulement rest’ici pou’ travaill’
Pour arrang’ un chemin pou marmaill’ (2x)

La men’ zanimo
Cabri canard bœuf
Caro filao
T’a vend l’ONF (2x)

La loi la boche a zot comm’ ça même
La faut’ a zot la geole colonial
Dann’ a zot a l’amend tribunal
Réyonnais a pour dor zu zoréyé (2x)

La men’ zanimo …. (2x)

Petite video (parce que pour les percus corporelles le visuel est primordial) à Saint Julien Molin Molette 2018 – chanté par la Gouaille de Lille. Merci à elles et eux!

 

La Vesina

Chanson populaire en occitan, qui parle d’une femme qui a mal à son sexe, et va en parler avec sa voisine : Avortement? Douleurs de règles? Homosexualité? Maladie "honteuse"? Ou simple besoin de parler de son corps entre femmes? Quelle que soit la raison, le sujet rend la chanson politique.
NB: en Occitan, le « a » final se prononce [ɔ], le « ò » se prononce « ou », « au » se prononce [aw], le « j » se prononce [dʒ] ou [ʒ]

les deux voix compilées (stage StJuMoMo 2018, merci à Adeline):

voix basse

voix haute (sauf qu’il faut monter sur « mau »)

 

Jo m’en vau tà la vesina
Per m’i har guarir mon mau,
M’i ordona per medicina,
D’i botar un gran de sau.

Un gran de sau que m’i hè mau,
M’a hèit escòser mon babau !

Refrain: Ah ! Que mon babau m’escòsa !
Ah ! Que mon babau hè mau ! [x2]

Jo me’n vau tà la vesina,
Per m’i har guarir mon mau,
M’i ordona per medicina,
D’i botar un artichaut.

L’artichaut que me lo ten caut
Lo gran de sau que m’i hè mau,
M’a hèit escòser mon babau !

Refrain [x2]

Jo me’n vau tà la vesina,
Per m’i har guarir mon mau,
M’i ordona per medicina,
D’i botar ua caròta

La caròta que me lo fròta
L’artichaut que me lo ten caut
Lo gran de sau que m’i hè mau,
M’a hèit escòser mon babau !

Refrain [x2]

Jo me’n vau tà la vesina,
Per m’i har guarir mon mau,
M’i ordona per medicina,
D’i botar ua leituga.

La leituga que lo m’eishuga,
La caròta que me lo fròta
L’artichaut que me lo ten caut
Lo gran de sau que m’i hè mau,
M’a hèit escòser mon babau !

Refrain [x2]

~~~ Traduction ~~~
Je m'en vais chez la voisine,
Pour m'y faire guérir mon mal,
Elle me prescrit comme médicament,
D'y mettre un grain de sel.
Le grain de sel me fait mal,
M'a fait chauffer la foufoune !
Ah ! Que ma foufoune me brûle !
Ah ! Que ma foufoune me fait mal ! (x2)
2) ... D'y mettre un artichaut.
3) … D'y mettre une carotte.
4) … D'y mettre une laitue.
La laitue me l'essuie, La carotte me la frotte,
L'artichaut me la tient au chaud,
Le grain de sel me fait mal,
M'a fait chauffer la foufoune !

Se Spera

Chanson de la région de Venise, chant de 1700 chanté jusque dans les années 1870.

Anonyme.

stage Passamontagne 2018

Se spera che presto finissa ea guerra
E alora qua in tera sparissa ogni mal
Se spera che l’Austria, che Prussia che’l mondo
Se cambia de fondo no’l sia più bestial

Se spera che i sassi deventa paneti
Parché i poareti i se possa saziar
Se spera che l’acqua deventa siampagna
Parché no i se lagna chi vol giubilar

Se spera che’l caldo prinicipia in genaro
E senza tabaro poter caminar
Se spera che adesso no nasa più tose
Parché les morose se possa sposar

Se spera che’l nostro governo
No vogia in eterno le tasse lassar
Se spera e sperando ne capita l’ora
De andar in bonora co’l nostro sperar
De andar in malora co’l nostro sperar

petite video de fin de stage Passamontagne 2018

Il Galeone

Poème de Belgrado Pedrini, 1967, Musique : Paola Nicolazzi

 Pedrini, anarchiste de Carrare (Toscane), l’écrit en prison. Le titre original était Schiavi (« esclaves »). Il a ensuite été mis en musique par Paola Nicolazzi sur la base d’une chanson populaire intitulée, curieusement, « Si tu te fais nonne », Elle est devenue une des chansons anarchistes italiennes les plus célèbres.

Voix Principale (Passamontagne, Nov 2018)

toustes ensemble en fin de stage

début: voix principale

début: voix 2 (alti/contralti)

début: voix 3 (soprani)

début: voix 4 (tenori – qu’on n’a pas travaillée)

variante: voix principale:

variante: voix 2 (alti/contralti)

variante: voix 3 (soprani)

variante: voix 4 (tenori – qu’on n’a pas travaillée)

(que la voix principale) Siamo la ciurma anemica
D’una galera infame
Su cui ratta la morte
Miete per lenta fame.

(entrent les alti) Mai orizzonti [tz] limpidi
Schiude la nostra aurora
E sulla tolda squallida
Urla la scolta ognora.

(entrent les soprani) I nostri dì s´involano
Fra fetide carene
Siam magri smunti schiavi
Stretti in ferro catene.

(Variante:) Sorge sul mar la luna
Ruotan le stelle in cielo
Ma sulle nostre luci
Steso [z] è un funereo velo.

Torme di schiavi adusti
Chini a gemer sul remo
Spezziam queste catene
O chini a remar morremo!

(Voix principale) Cos’è gementi schiavi
Questo remar remare ?
Meglio morir tra i flutti
Sul biancheggiar del mare.

(+alti) Remiam finchè la nave
Si schianti sui frangenti
Alte le rossonere
Fra il sibilar dei venti!

(+soprani) E sia pietosa coltrice
L’onda spumosa e ria
Ma sorga un dì sui martiri
Il sol dell´Anarchia.              (2x)

(Variante:) Su schiavi all’armi all´armi!
L’onda gorgoglia e sale
Tuoni baleni e fulmini
Sul galeon fatale.

Su schiavi all´armi all´armi!
Pugnam col braccio forte!
Giuriam giuriam giustizia!
O libertà o morte!
Giuriam giuriam giustizia!
O libertà o morte!  (crié -articulé)

Partitions (site vocedimezzo)

 

 

 

 

 

petite video de fin de stage

et la traduction! : La Galère




Cinturini

« Tiketeta », c’est le bruit des machines à coudre…
Chanson en dialecte d’Ombrie. Des ouvrières du textile, d’une usine de sacs de jute (activité très malodorante) près de Pérouse, dénoncent les préjugés des hommes sur les ouvrières, et affirment leur valeur et leur beauté en envoyant balader ceux qui les méprisent.

Voix principale 1er couplet et refrain (Passamontagne, Nov 2018)

Voix principale 2ème couplet (Passamontagne, Nov 2018)

Voix haute Refrain (Passamontagne, Nov 2018)

Rythmique haute (Passamontagne, Nov 2018)

Rythmique basse (Passamontagne, Nov 2018)

Tous ensemble en fin de stage

Semo de Cinturini
Lasciatece passà
Semo belle e simbatiche
Ce famo rispettà

1er Refrain:  Matina e sera, ticchetettà
Infinu a sabadu ce tocca d’abbozzà (2x)

Quanno fischia la sirena
Prima innanzi che faccia jurnu
Ce sentite atturnu atturnu
Dentre Terni da passà

1er Refrain

Quanna a festa ce vedete
Quanno semo arcutinate
Pe signore ce pijate
Semo scicche in verità

1er Refrain

Se quarcunu che se crede
Perché semo tessitore
Ma se nui famo all’amore
La facemo pe’ scherzà

(2ème refrain, 2x)
E se ce dicono, tant’accusci
Je dimo squaiatela pe’me tu poli ji

1er REFRAIN 3X – avec 2 voix rythmiques en plus sur la 2è et 3è fois


Traduction :
« Nous sommes de Cinturini, laissez-nous passer, nous sommes belles et sympathiques, nous nous faisons respecter
Matin et soir, tiketeka (son de la machine à coudre) jusqu’au samedi on doit s’y résigner
Quand sonne la sirène, avant même qu’il ne passe jour, vous nous entendez passer dans Terni
Quand vous nous voyez à la fête et que nous sommes bien habillées, vous nous prenez pour des dames, nous sommes chic en vérité
Si certains se la jouent parce que nous ne sommes que des couturières, lorsque nous faisons l’amour (avec eux) c’est pour nous amuser (à leur dépens)
Et s’ils nous disent des méchancetés, on leur dit «cassez-vous, pour nous c’est vous qui puez!»


Cinturini, petite video de fin de stage:

 

Ballata per l’Anarchico Pinelli

Paroles : G. Barozzi, F. Lazzarini et U. Zavanella, 1969
Musique : Joe Fallisi , 1970.

Voix Soprano (voix principale)

Voix Basse

Voix Médiane

Tous-toutes (Saint Julien Molin Molette, 2018)

Paroles : G. Barozzi, F. Lazzarini et U. Zavanella
Musique : Joe Fallisi , 1970.

Giuseppe Pinelli (21 octobre 1928- 15 décembre 1969), cheminot et militant anarchiste meurt en 1969 dans des conditions troubles la nuit suivant l’attentat de la piazza Fontana. La chanson a été écrite par trois jeunes anarchistes de Mantoue, le soir des funérailles, et mise en musique par Joe Fallisi en 1970.

Quella sera a Milano era caldo
Ma che caldo, che caldo faceva,
« Brigadiere, apri un po’ la finestra! »,
Una spinta … e Pinelli va giú.

« Sor questore, io gliel’ho giá detto,
Le ripeto che sono innocente,
Anarchia non vuol dire bombe,
Ma uguaglianza nella libertá ».

« Poche storie, confessa, Pinelli,
Il tuo amico Valpreda ha parlato,
E l’autore di questo attentato
Ed il complice certo sei tu ».

« Impossibile!, grida Pinelli,
Un compagno non puó averlo fatto
E l’autore di questo delitto
Fra i padroni bisogna cercar ».

« Stai attento, indiziato Pinelli,
Questa stanza é giá piena di fumo,
Se tu insisti, apriam la finestra,
Quattro piani son duri da far ».

Quella sera a Milano era caldo…

C’e’ una bara e tremila compagni,
Stringevamo le nostre bandiere,
Quella sera l’abbiamo giurato,
Non finisce di certo cosí.

Calabresi*, e tu Guida*, ASSASSINI !
Se un compagno é stato ammazzato,
Per coprire una strage di Stato,
Questa lotta piú dura sará.

Quella sera a Milano era caldo…

* Luigi Calabresi et Marcello Guida, commissaire et commissaire en chef de la police de Milan.

Chansons glanées au Carnaval de la Plaine, Marseille, Mars 2018.

Touchez pas à la plaine

Nou Calelhs

Vien la Primavera

Adieu Paure Carnavas – en version bon anniversaire

Dimmi Bel Giovane

Ah il fallait pas que j’y aille

E più non canto

El Pescador

il Galeone

les 12 Amoureux

Nos faltan 43

Pan Pentito

Serenata Burianese

 Sin Pan

Le chant des Paysans*

Le chant des paysans

Les Glottes Rebelles > Chansons de notre répertoire > Le chant des paysans

Adaptation de Diggers’ song, ballade anglaise du 17e s. composée par Gerrard Winstanley, dans laquelle les « Diggers » ou « bêcheux » prônaient l’expropriation des seigneurs et le partage des terres. En 2014, André Coldebieuf, de la chorale de Sillans la Cascade, écrit une version adaptée aux luttes actuelles de la Confédération paysanne du Var : le chant des paysans.
En souligné : enchainement des syllabes + rapide (doubles croches)

Quelques fichiers d’écoute sur le site des Glottes Rebelles

Vous tous les paysans, tenez bon, tenez bon !
Vous tous les paysans, tenez bon !
Quand vous revendiquez la terre à cultiver
Les flics sont embusqués, ils viennent nous matraquer
Paysans, tenez bon !

Les promoteurs arrivent, tenez bon, tenez bon !
Les promoteurs arrivent, tenez bon !
Expulsent pour pas un rond, vous volent et puis spéculent
Finie la spoliation, on leur bott’ra le cul
Paysans, tenez bon !

Le profit est leur loi, tenez bon, tenez bon !
Le profit est leur loi, tenez bon !
Pour eux l’argent est roi, au profit c’est la course
Tout ce fric, ces putois, vont le placer en bourse
Paysans, tenez bon !

Ils détruisent vos maisons, tenez bon, tenez bon !
Ils détruisent vos maisons, tenez bon !
Rasent vos habitations, et font dans les régions
Des pistes pour les avions, des autoroutes bidons
Paysans, tenez bon !

Reprendre en main sa vie, tenez bon, tenez bon !
Cela commence ici, tenez bon !
Spéculateurs racaille, bourgeois réactionnaires
À ceux qui la travaillent, il faut laisser la terre
Paysans, tenez bon !

RESF*

Paroles : Jean-Paul HEBERT, Sur l’air de « Ah! Que nos pères étaient heureux!»
Musique : tradit. XVIIIe s. Bourgogne (France), Arrangement : Solène DUPARC

Le Réseau éducation sans frontières, qui existe depuis 2004, milite contre l’expulsion d’enfants et jeunes majeurs étrangers scolarisés en France, suite à l’éloignement de leurs parents en situation irrégulière…. C »est un réseau, sans président ni adhérents, qui regroupe aujourd’hui 79 associations, 25 syndicats et 103 collectifs locaux. Treize partis politiques soutiennent ses actions contre ces nouvelles chasses à l’enfant. Leur mot d’ordre: LAISSEZ-LES GRANDIR ICI !

Notes de départ : Fa Mi Fa Ré

Dans la cour de récréation (bis)
Y’a des enfants qui chantent
En arabe, en turc, en letton (bis)
Et encore dans bien d ‘autres langues

REFRAIN :
L’éducation est sans frontières!
Vive l’école, vive l’école morbleu
qui protège les enfants, morbleu
qui protège les enfants!

[[Aujourd’hui on écoute Ahmed (bis)
Nous répéter une légende
Qu’on raconte au pays du cèdre (bis)
Quand on s’en va à samarcande]]

Refrain

Dans la cour de récréation (bis)
Y’a des enfants qui courent:
Noirs, jaunes ou blancs sans exclusion (bis)
Et qui s’amusent sans détour

Refrain

Dans la cour de récréation (bis)
Y’a des enfants qui hurlent
Avec Ahmed et Angela (bis)
Contre l’avion qui les expulse…

Refrain (X2)

[[…]] : couplet d’origine (1ère version), qui n’est plus chanté…