Allez Allez Allez ♪ ♪

Une chanson de Camille dont on va peut-etre s’inspirer pour les manifs, en changeant certaines paroles, une chanson de ralliement (enregistrement Morizots 2018):

unisson et canon:

 percus + unisson + canon + percus + canon + percus:

 ♪ Allez Allez Allez ♪

une autre version à nous (« by » Monique et Denis!)

Allez allez allez
Va manifester
Pour tes droits tes libertés
Mets y tout ton cœur

Allez allez allons
Entre les slogans
Prends la force dans les chants
Des échoraleurs


Chanson de Camille

Allez allez allez
À chaque coup de rame
Prends la force dans la taille
Et dans les talons
Allez allez allons
À chaque coup de crosse
Prends l’écorce du colosse
Et du canasson

Allez allez allons
À chaque coup de sabre
Prends la fougue des canailles
Et des moussaillons

Allez allez allons
À chaque coup de cloche
Prends la crasse le cris des mioches
Et des carillons

Allez allez allons
À chaque coup de balle
Prends les confettis du stade
Et celles des champions

Allez allez allons
À chaque coup de pioche
Prends la force c’est fastoche
De ma chanson

La Lega (Sebben che Siamo Donne)

Sebben che siamo donne
paura non abbiamo
per amor dei nostri figli
per amor dei nostri figli
sebben che siamo donne
paura non abbiamo
per amor dei nostri figli
in lega ci mettiamo

A oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri lavoratori, e noi altri lavoratori
a oilì oilì oilà e la lega crescerà
e noialtri socialisti vogliam la libertà

E la libertà non viene
perché non c’è l’unione
crumiri col padrone
crumiri col padrone
e la libertà non viene
perché non c’è l’unione
crumiri col padrone
son tutti da ammazzar

A oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri lavoratori, e noi altri lavoratori
a oilì oilì oilà e la lega crescerà
e noi altri socialisti vogliam la libertà

Sebben che siamo donne
Paura non abbiamo
abbiam delle belle buone lingue
abbiam delle belle buone lingue
sebben che siamo donne
paura non abbiamo
abbiam delle belle buone lingue
e ben ci difendiamo

A oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri lavoratori, e noi altri lavoratori
a oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri socialisti vogliam la libertà

E voi altri signoroni
che ci avete tanto orgoglio
abbassate la superbia
abbassate la superbia
e voi altri signoroni
che ci avete tanto orgoglio
abbassate la superbia
e aprite il portafoglio

A oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri lavoratori, e noi altri lavoratori
a oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri lavoratori
I vuruma vess pagà

A oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri femisnisti, e noi altri femisnisti
a oilì oilì oilà e la lega (la) crescerà
e noi altri femisnisti vogliam la libertà

O Cielo Cielo

Chanson populaire italienne

Chanson de déserteur qui cherche à fuir en France, sans argent, sans chaussures, mais que la « Reine » (noble locale ?) veut renvoyer en Italie…

Voix 1 :

Voix 2 :

Les deux voix :

Les paroles (ainsi que celles des autres chansons du stage Passa Montagne de fevrier 2018 : O Cielo Cielo – Paroles stage fev 2018

Hegoak

Joxean Artze, 1968

Chanté par « Espèce de Chorale »

Enregistrements NatD en solo

Alto :

Soprane :

Enregistrements en répète

« Huuuuuuuuuuuh » en 2 groupes:

Hegoak ou  « les Ailes « : Poème basque de Joxean Artze,  Musique de Mikel Laboa.

Un soir de 1968, dans un restaurant de San Sebastian avec sa femme, Mikel Laboa lit ce poème qui était imprimé sur des serviettes, en acte de résistance contre l’interdiction par le régime franquiste d’utiliser la langue basque. Il l’a mis en musique le soir même.
L’oiseau y est le symbole de la liberté et le poème évoque l’impossibilité de posséder quiconque.
Le contexte politique en a involontairement fait une chanson de protestation.

NB: prononcer « xoria » [shori-a] , « neuria » [néri-a] et les « z » [ss]

(DO) Hu huuuuuuuuuu (4x)

Hegoak ebaki banizkio, Neuria izango zen (2x)
Ez zuen alde egingo

Bainan horrela, Ez zuen gehiago xoria izango (2x)

Eta nik, xoria nuen maite
Eta nik eta nik, xoria nuen maite

Lala lala, lala lala, lala (2x)

Si je lui avais coupé les ailes, Il aurait été à moi, (2x)
Il ne serait pas parti,

Oui mais voilà, Il n’aurait plus été un oiseau (2x)

Oui mais moi, c’est l’oiseau que j’aimais (2x)

Hu huuuuuu (4x)

 

 

en bonus, par Joan Baez!

La Rue des Lilas

 

 (enregistrement Morizots 2018)

Par Sylvain GirO, 2015

et la version originale: TROP BELLE

Ce soir je meurs à la guerre
Aujourd’hui pour moi sonne le glas
Mon visage est blanc et mon sang coule à flot
Sur le trottoir de la rue des Lilas

Ce soir je meurs sous vos bombes
Pourtant je n’ai rien fait pour ça
Je ne suis qu’un simple flâneur dans la ville
Sur le trottoir de la rue des Lilas

Refrain:
Je vous le dis, je vous le dis, je vous le dis
Que maudite soit la guerre
Maudits les chars, les fusils, les combats
Je m’éteins dans la rue des Lilas

Plus jamais revoir la dune
Au matin quand s’effacent mes pas
Jamais plus les cimes et la neige éternelle
Et l’oiseau bleu brillant de mille éclats

Plus jamais revoir la lune
Dans la nuit qui éclaire mes pas
Jamais plus la mer, les étoiles, les forêts
Et ce lac bleu perdu au fond des bois

Refrain

J’aim’rais tant revoir mes frères
Mes enfants, mes parents, mes amis
Danser le dabkeh* pour repousser la mort
Trinquer l’arak** jusqu’au bout de la vie

Je voudrais une dernière
Chanson pour apaiser la nuit
Pour bercer mon départ jusqu’à l’autre bord
Dire aux faiseurs de mort que l’on survit

Refrain

(Couplet à répéter 2 fois, en canon)
Car la guerre c’est un massacre
De gens qui ne se connaissent pas
Au profit de gens qui toujours se connaissent
Mais qui ne se massacrent pas (2x)

Refrain

+ « Je m’éteins dans la rue des Lilas… »


* C’est une danse folklorique pratiquée au Proche-Orient : Syrie, Palestine, Liban, Jordanie, Irak, avec des versions régionales. « Dakbé » signifie : « coup de pied », et effectivement c’est une danse très rythmée avec les pieds, qui se pratique en groupe, soit en ligne soit en demi-cercle.
*  * une eau-de-vie de vin traditionnellement consommée et produite uniquement dans le Croissant fertile. Spiritueux traditionnel et emblème de l’art gastronomique du Liban, de la Syrie et de la Jordanie. Il est préparé à partir de moût de raisin fermenté (vin) distillé en eau-de-vie auquel on ajoute des graines d’anis. Il vieillit ensuite dans des jarres en argile.

(2017)

El Pueblo Unido

Paroles: Quilapayún
Musique: Sergio Ortega (1973)

El pueblo unido jamás será vencido,
El pueblo unido jamás será vencido…

De pie, cantar que vamos a triunfar.
Avanzan ya, banderas de unidad.
Y tú vendrás marchando junto a mí
Y así verás tu canto y tu bandera florecer,
La luz de un rojo amanecer
Anuncia ya la vida que vendrá.

De pie, luchar el pueblo va a triunfar.
Será mejor la vida que vendrá
A conquistar nuestra felicidad
Y en un clamor mil voces de combate se alzarán
Dirán canción de libertad
Con decisión la patria vencerá.

Y ahora el pueblo
que se alza en la lucha
Con voz de gigante
gritando: ¡adelante!

El pueblo unido jamás será vencido,
El pueblo unido jamás será vencido…

La patria está forjando la unidad
De norte a sur se movilizará
Desde el salar ardiente y mineral
Al bosque austral unidos en la lucha
Y el trabajo irán la patria cubrirán,
Su paso ya anuncia el porvenir.

De pie, cantar el pueblo va a triunfar
Millones ya, imponen la verdad,
De acero son ardiente batallón
Sus manos van llevando la justicia y la razón
Mujer con fuego y con valor
Ya estás aquí junto al trabajador.

Y ahora el pueblo
que se alza en la lucha
Con voz de gigante
gritando: ¡adelante!

El pueblo unido jamás será vencido,
El pueblo unido jamás será vencido…

Les fleurs…

ou « Ils n’empêcheront jamais le printemps d’arriver »

Compagnie Jolie Môme, 2016

Refrain ( Pablo Neruda)

« Ils peuvent empêcher
Les fleurs de pousser
Ils n’empêcheront jamais
Le printemps d’arriver »

Comme la rivière
Coule la mémoire
Des pères de nos pères
Des vieilles histoires qu’on chantait naguère
Au coin du feu le soir

Au fond des clairières
Brule la mémoire
Des mères de nos mères
Des belles sorcières
Qui chantaient le soir
Sous la clarté lunaire

Refrain (2x)

Comme la rivière
Gronde la mémoire
Des révolutionnaires
Inondant la terre
De rêves d’espoirs
De frondes légendaires

Comme le tonnerre
Gronde la mémoire
Des révolutionnaires
Inondant la terre
De rêves d’espoirs
De frondes légendaires

Refrain

Etat d’urgence*

Chorale des Canulars  (?)

Les bombes éclatent en longs sanglots
Déchirent les nuits de Paris
La France aiguise ses drapeaux
En appelle à la sainte patrie
Mais j’ chant’rai pas, ne vous déplaise
Votre sanglante Marseillaise

Sur un marché au Nigéria
Parait qu’ y a eu un attentat
Ou quand ça bombarde en Syrie
C’est loin on n’entend pas les cris
On n’en a pas beaucoup parlé
C’est normal y’ avait pas d’ Français

La France fabrique et vend des armes
Qui dit les armes dit la guerre
Qui dit la guerre dit les larmes
La mort la peur et la misère
Mais quand ça s’ passe près d’ la maison
L’ sang abreuve nos télévisions

On claironne l’état d’urgence
Et on assigne à résidence
Ouvre la chasse aux musulmans
Ferme les frontières aux migrants
Et on en profite en passant
Pour traquer quelques militants

Dans les replis identitaires
De vos drapeaux de vos bannières
Vous étouffez c’est tout froissé
Pour s’ libérer faudra r’passer !
Sans dieu sans maître et sans patrie
On pourrait juste aimer la vie

ÉTAT D’URGENCE ON S’ASSIGNE A RÉSISTANCE !

Grândola Vila Morena

Diffusée à la radio portugaise le 25 Avril 1974, comme signe de  déclenchement de la Révolution des Oeillets qui mit fin à la dictature que le Portugal endurait depuis 1933.

nous (en version beta) :

Grândola vila morena
Terra da fraternidade
O povo é quem mais ordena
Dentro de ti ó cidade

Dentro de ti ó cidade
O povo é quem mais ordena
Terra da fraternidade
Grândola vila morena

~ ~ ~

Em cada esquina um amigo
Em cada rosto igualdade
Grândola vila morena
Terra da fraternidade

Terra da fraternidade
Grândola vila morena
Em cada rosto igualdade
O povo é quem mais ordena

~ ~ ~

À sombra de uma azinheira
Que já não sabia a idade
Jurei ter por companheira
Grândola a tua vontade

Grândola a tua vontade
Jurei ter por companheira
À sombra de uma azinheira
Que já não sabia a idade

Traduction :
Grândola ville brune
Terre de fraternité
Le peuple est celui qui commande le plus
En toi, cité

En toi cité
Le peuple est celui qui commande le plus
Terre de fraternité
Grândola ville brune

A chaque côté un ami
A chaque face, l’égalité
Grândola ville brune
Terre de fraternité

Terre de fraternité
Grândola ville brune
A chaque face l’égalité
Le peuple est celui qui commande le plus

A l’ombre d’un chêne vert
Qui ne connait pas son âge
J’ai juré d’avoir pour compagne
Grândola, ta volonté

Grândola, ta volonté
J’ai juré d’avoir pour compagne
A l’ombre d’un chêne vert
Qui ne connait pas son âge