Penn Sardin

Paroles et musique : Mme Claude Michel.
L’agro-alimentaire, une vieille histoire faite de sagas patronales et de luttes ouvrières. Dans la mémoire sociale, les « Penn Sardin » sont au premier rang. En 1924, à Douarnenez, les patrons refusent d’améliorer les conditions de vie lamentables des sardinières. Les ouvriers et ouvrières de l’usine Carnaud se mettent en grève. En quelques jours, le mouvement s’étend à l’ensemble des usines et cette grève se prolonge quarante-deux jours. Les ouvrières demandaient vingt-cinq sous supplémentaires de l’heure. Elles en obtinrent vingt… et la fierté de leur combat !

(par Taillevent)


Il fait encore nuit, elles sortent et frissonnent,

Le bruit de leurs pas dans la rue résonne

REFRAIN 1 : Écoutez l’ bruit d’ leurs sabots
Voilà les ouvrières d’usine,
Écoutez l’ bruit d’ leurs sabots
Voilà qu’arrivent les Penn Sardin.

À dix ou douze ans, sont encore gamines
Mais déjà pourtant elles entrent à l’usine.
REFRAIN 1
Du matin au soir nettoient les sardines
Et puis les font frire dans de grandes bassines
REFRAIN 1
Tant qu’y a du poisson, il faut bien s’y faire
Il faut travailler, il n’y a pas d’horaires.
REFRAIN 1
À bout de fatigue, pour n’pas s’endormir
Elles chantent en chœur, il faut bien tenir.
REFRAIN 1
Malgré leur travail, n’ont guère de salaire
Et bien trop souvent vivent dans la misère.
REFRAIN 1
Un jour toutes ensemble ces femmes se lèvent
À plusieurs milliers se mettent en grève.

REFRAIN 2 : Ecoutez claquer leurs sabots
Écoutez gronder leur colère,
Ecoutez claquer leurs sabots
C’est la grève des sardinières.

Après six semaines toutes les sardinières
Ont gagné respect et meilleur salaire.
REFRAIN2
Dans la ville rouge, on est solidaire
Et de leur victoire les femmes sont fières
REFRAIN2
À Douarnenez et depuis ce temps
Rien ne sera plus jamais comme avant.

REFRAIN 3 : Ecoutez l’ bruit d’ leurs sabots
Ç’en est fini de leur colère,
Ecoutez l’ bruit d’ leurs sabots
C’est la victoire des sardinières.

La Casa Del Mouradia *

Ouled El Bahdja, 2018
Chant de supporter du club de foot l’USM Alger  (Union sportive de la médina d’Alger – Les Rouge et Noir). Il a été composé en 2018 et parle de la situation  de la jeunesse algérienne, face à la corruption, face à l’avenir. Cette chanson facile à reprendre qui  compare le Palais de la Présidence à la banque de la série La Casa de Papel (qui a popularisé Bella Ciao, le chant de rébellion italien dans le monde entier) est devenue l’hymne des manifestants contre la prolongation du mandat du président Abdelaziz Bouteflika début 2019.

Emission Les Pieds sur Terre (Sonia Kronlund, France Culture) du 15.03.2019 sur le sujet. Ecouter jusqu’à la fin, le groupe Ouled El Bahdja chante le début de la chanson a capella.
ساعات الفجر و م
ا جاني نوم
راني نكونسومي غير بشوية
شكون السبة و شكون نلوم
ملينا المعيشة هاديا
ساعات الفجر و ما جاني نوم
راني نكونسومي غير بشوية
شكون السبة و شكون نلوم
ملينا المعيشة هاديا
فالأولى نقولو جازت، حشاوهانلا بالعشرية
La Casa Del Mouradia فالثانية الحكاية بانت
فالثالثة البلاد شيانت مالمصالح الشخصية
فالرابعة البوبية ماتت و مازالت القضية
فالأولى نقولو جازت، حشاوهانلا بالعشرية
La Casa Del Mouradiaفالثانية الحكاية بانت
فالثالثة البلاد شيانت مالمصالح الشخصية
فالرابعة البوبية ماتت و مازالت القضية
ساعات الفجر و ما جاني نوم
راني نكونسومي غير بشوية
شكون السبة و شكون نلوم
ملينا المعيشة هاديا
ساعات الفجر و ما جاني نوم
راني نكونسومي غير بشوية
شكون السبة و شكون نلوم
ملينا المعيشة هاديا
و الخامسة راي تسويفي بيناتهم راي مبنية
و الباسي راو أرشيفي ب لا فوا تاع الحرية
فيراجنا الهدرة بريفي يعرفوه كي يتقيا
مدرسة و لازم سيفي بيرو محو الأمية
و الخامسة راي تسويفي بيناتهم راي مبنية
و الباسي راو أرشيفي ب لا فوا تاع الحرية
فيراجنا الهدرة بريفي يعرفوه كي يتقيا
مدرسة و لازم سيفي بيرو محو الأمية
ساعات الفجر و ما جاني نوم
راني نكونسومي غير بشوية
شكون السبة و شكون نلوم
ملينا المعيشة هاديا
ساعات الفجر و ما جاني نوم
راني نكونسومي غير بشوية
شكون السبة و شكون نلوم
ملينا المعيشة هاديا

Traduction par http://akram-belkaid.blogspot.com

couplet 1 (2x):
C’est l’aube et le sommeil ne vient pas
Je consomme à petites doses
Quelle en est la raison ?
Qui dois-je blâmer ?
On en a assez de cette vie

couplet 2 (2x):
Le premier [mandat], on dira qu’il est passé
Ils nous ont eu avec la décennie [noire]
Au deuxième, l’histoire est devenue claire
La Casa d’El Mouradia [quartier où se trouve le palais présidentiel]
Au troisième, le pays s’est amaigri
La faute aux intérêts personnels
Au quatrième, la poupée est morte et
L’affaire suit son cours…

couplet 1 (2x)

Couplet 3 (2x):
Le cinquième [mandat] va suivre
Entre-eux l’affaire se conclut
Et le passé est archivé
La voix de la liberté…Dans notre virage la discussion est privée
Ils nous connaissent quand il déferle
L’école… et la nécessité du c.v
Un bureau pour l’analphabétisme

couplet 1 (2x)

Debout les peuples

Sur l’air de « Debout les gars », H. Aufray
Paroles par Jacqueline Lecocq

Chantée en Manif pour la Marche  pour le Climat du 16 Mars 2019

Refrain :
Debout les peuples remuez-vous
Il va falloir en mettre un coup,
Debout les peuples remuez-vous
Il faut sauver la Terr(e)

Ça fait déjà plus de 20 ans
Qu’on réunit des dirigeants
A Berlin, Kyoto, Copenhague
Échecs incontestables
Refrain
Il faut oser r’garder en face
Les catastrophes qui nous menacent
Inondations, feux, canicules
Phénomènes qui s’accumulent
Refrain
A Paris lors de la grand messe
On nous a fait de belles promesses
Suivies de très peu de projets
Sans véritables effets
Refrain
Charbon, pétrole, gaz naturel
Augmentent les gaz à effet de serre,
Arrêtons donc de les extraire
Ils doivent rester sous terr(e)
Refrain
Réfléchissons à nos transports
Ça nous demande un peu d’effort
Le TER, la marche à pied
C’est mieux pour notre santé
Refrain
La pollution et les bouchons
Ce n’est vraiment pas folichon
Nous on préfère la bicyclette
Rouler en trottinette
Refrain
Le développement de l’aviation
Est une belle aberration
Pour les riverains le bruit, l’odeur
C’est vraiment pas le bonheur
Refrain
L’environnement c’est important
Et on n’a plus beaucoup de temps
Il faut penser à nos enfants
Le changement c’est urgent
Refrain
Bousculons nos politiciens
Pour qu’ils pensent plus loin que demain
Consommons moins, consommons mieux
Nous en serons plus heureux

camera

Sur l’air de Pepita, une petite goguette qui fait travailler l’articulation!
A chanter tranquillement puis de plus en plus vite
Merci à Laura du Cri du Chœur pour l’enregistrement

Oh pourquoi camera sans répit m’épies-tu?
Du haut de ton poteau pourquoi me fliques-tu?
Y a des flics qui tuent pourquoi ne les vois-tu?
Nous en bas dans la rue on en a plein le cul

Déjà Mal Mariée

Chanson populaire bretonne, dans la tradition des chansons des « mal mariées ».
Reprise par Tri Yann et d’autres
Les deux derniers couplets sont le fait de chorales féministes récentes :D, ce qui s’insère dans la tradition de ces chansons populaires (pour info, on trouve aussi des fins comme « Car vous l’avez juré sur le saint Évangile » !!!!)

à deux voix (Merci Lucille et Garance!)

Mon père m’a mariée à un tailleur de pierre (bis)
Le lendemain de mes noces, m’envoie à la carrière, là!

Déjà mal mariée, déjà…

Le lendemain de mes noces, m’envoie à la carrière (bis)
Et j’ai trempé mon pain, dans le jus de la pierre, là!

Déjà mal mariée, déjà…

Et j’ai trempé mon pain dans le jus de la pierre (bis)
Par là vint à passer le curé du village, là!

Déjà mal mariée, déjà…

Par là vint à passer le curé du village (bis)
Bonsoir Monsieur l’curé, j’ai 3 mots à vous dire, là!

Déjà mal mariée, déjà…

Bonsoir Monsieur l’curé, j’ai 3 mots à vous dire (bis)
Hier vous m’avez fait femme, aujourdhui faites-moi fille, là !

Déjà mal mariée, déjà…

Hier vous m’avez fait femme, aujourdhui faites-moi fille (bis)
De fille je fais femme, de femme je n’fais point fille, là!

Déjà mal mariée, déjà…

De fille je fais femme, de femme je n’fais point fille (bis)
Nous les filles nous les femmes, on crache sur ta soutane, là!

Déjà mal mariée, déjà…

Nous les filles nous les femmes, on crache sur ta soutane (bis)
Et on ira baiser sans serment s’il nous plait, là!

Déjà mal mariée, déjà…

Vivre pour des idées *

paroles de Claude Reva
Musique de Max Rongier (en « style Brassens »)
LP: A Contre Courant , 1976

Mourir pour des idées disait le solitaire
Je suis d’accord mais il faut prendre tout son temps
Il oublie la logique la plus élémentaire
Qui veut que c’est debout qu’au mieux on les défend
Ils n’ont pas demandé ceux qui sont morts pour elles
D’être passés ainsi de la vie au trépas
Ils ne l’ont pas voulu la mort n’est jamais belle
C’est un peu grâce à eux que nous sommes encore là

Vivre pour des idées, d’accord,
D’accord, le plus longtemps possible…

Des idées il y en a et de toutes les sortes
Des bonnes et des mauvaises des fausses et des tordues
Il y en a d’usées comme des feuilles mortes
Qui ne résistent pas au premier vent venu
Il y en a d’autres enfin et qui ont la vie dure
Que vainement certains voudraient bien arrêter
Elles résistent même aux pires des injures
Et le sourire en coin continuent d’avancer

REFRAIN

C’est à longueur d’année qu’on nous dit et répète
Qu’il n’y a pas d’idées qui vaillent d’être crues
On perd beaucoup de temps à nous bourrer la tête
Avec cette idée là que l’on croyait perdue
Si certaines idées n’étaient pas dangereuses
On n’aurait pas besoin de les tenir en laisse
On les verrait en paix vagabonder heureuses
Au lieu de les faire sonder par la SOFRES

REFRAIN

Renvoyer dos à dos vérité et mensonge
C’est vouloir que les choses au fond ne changent pas
C’est arranger l’affaire des fabricants de songes
Qui voudraient que surtout les gens ne pensent pas
Rien ne sert de mourir je te le dis confrère
On n’aura pas assez de temps dans notre vie
Pas assez de chansons un peu trop d’adversaires
Pour défendre l’idée que l’on aura choisie

REFRAIN

J’veux du soleil *

– Au p’tit bonheur, 1992

J’suis resté qu’un enfant
Qu’aurait grandi trop vite
Dans un monde en super plastique
J’veux retrouver « Maman ! »
Qu’elle m’raconte des histoires
De Jane et de Tarzan
De princesses et de cerfs-volants
J’veux du soleil dans ma mémoire

Refrain : J’veux du soleil (4x)

J’veux traverser les océans
Devenir Monté Cristo
Au clair de lune m’échapper d’la ci-ta-delle
J’veux devenir roi des marécages
Sortir de ma cage
Un père noël pour Cendrillon
Sans escarpins

Refrain

J’veux faire danser maman
Au son clair des grillons
J’veux retrouver mon sourire d’enfant
Perdu dans l’ tourbillon
Dans l’ tourbillon de la vie
Qui fait que l’on oublie
Que l’on est resté des mômes
Bien au fond de l’abri

Refrain

J’suis resté qu’un enfant
Qu’aurait grandi trop vite
Dans un monde en super plastique
J’veux retrouver maman
Qu’em raconte des histoires
De Jane et de Tarzan
De princesses et de cerfs-volants
J’veux du soleil dans ma mémoire

Refrain

Demande aux Femmes

Paroles de Claude Reva,
Musique de Jean-Paul Roseau
Chantée par Francesca Solleville, 1974

Elles sont nées pour faire rêver
Pour faire rêver
Dans les magazines et dans les vitrines
Les femmes ont tant d’frivolité,
D’frivolité.

Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont nées pour balayer,
Pour balayer
Et Faire la vaisselle, vider la poubelle
Les femmes ont tant d’habileté, d’habileté

Demande à Hélène et puis à Guilaine,
Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont nées pour enfanter,
Pour enfanter
Et savent dès l’enfance
Qu’ c’est dans la souffrance
Les femmes ont tant d’générosité,
D’générosité.

Demande à Christine et à Micheline
Demande à Hélène et puis à Guilaine
Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont faites pour travailler,
Pour travailler
Et faire chacune deux journées dans une
Les femmes ont tant d’agilité,
D’agilité.

Demande à Colette et à Antoinette
Demande à Christine à Micheline
Demande à Hélène et puis à Guilaine
Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont faites pour lutter,
Oui pour LUTTER
Quand c’est leur colère
Qui remue la terre
Les femmes aussi savent lutter,
Savent lutter.

Demande à Rosa et à Angéla,
Demande à Colette et à Antoinette
Demande à Christine et à Micheline
Demande à Hélène et puis à Guilaine
Demande à Gisèle et à Isabelle …

Références (à vérifier que c'est bien la bonne personne pour certaines):

· Colette Guillaumin: https://fr.wikipedia.org/wiki/Colette_Guillaumin
· Antoinette Fouque: https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoinette_Fouque
· Christine Delphy: https://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_Delphy
· Micheline de Sève: https://fr.wikipedia.org/wiki/Micheline_de_S%C3%A8ve
· Hélène Brion: https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9l%C3%A8ne_Brion
· Guilaine Enoc: https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2016-1-page-136.htm?contenu=resume#
· Gisèle Halimi: https://fr.wikipedia.org/wiki/Gis%C3%A8le_Halimi
· Isabelle Alonso: https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Alonso
· Rosa Parks: https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_Parks
· Angela Davies: https://fr.wikipedia.org/wiki/Angela_Davis

Voleurs d’Eau

Concert du 20 décembre 2009 par la Chorale de St Julien Montdenis, dirigée par Aude Féaz

Paroliers : Henri SALVADOR / Bernard MICHEL
Paroles de Les Voleurs d’eau (musique d’après un thème du folklore)

Ils détournent la rivière, [là haut, là haut]
Ils se moquent de nos misères,
[là haut, là haut]
Si la soif nous affaiblie
Et si nos sources sont taries, [Tous nos troupeaux]
Vont périr l’un après l’autre,[ là haut, là haut]
Il faut sortir nos fusils, [là haut, là haut]
Il faut lutter pour nos vies
Mais d’abord il nous faut parler
[A ces gringos, Tantôt

Nos terres sont les plus fertiles [C’est l’eau, 2x]
Et nous vivions si tranquilles [ De nos travaux]
Quand nous montions dans nos barques
Lorsque nous pêchions dans le lac,
[Heureux, 2x]
Ils veulent construire un barrage, [Là haut, 2x]
C’est la vallée qu’ils saccagent, [Là haut, 2x]
Ils inonderont nos villages
Et nous mettrons dans des cages,
[Là haut comme des corbeaux]

Nous devons les empêcher, [ Là haut, , 2x]
De détruire nos foyers, [si beaux, 2x]
Les adultes vont s’armer,
Les enfants vont les aider *
Il faut de l’eau, Il faut de l’eau, De l’eau

Ils nous montrent des contrats, [C’est tout, 2x]
Qui leur donnent tous les droits, [ Sur nous, 2x]
Ils veulent nous rayer du temps,
Et puis du monde des vivants,
[Pour de l’argent, l’argent]

Que ferions-nous dans leur ville, Tombeau, 2x]
Comme des tigres qu’on exile, [Au zoo, 2x]
C’est pourquoi jusqu’au dernier,
Nous lutterons pour exister
Pour l’eau, pour l’eau, pour l’eau, pour l’eau…
De l’eau, de l’eau, de l’eau…

*légère modification de « les hommes vont s’armer, et les femmes vont les aider »

El Payandé*

Paroles du Colombien Vicente Holguin,
Musique du Péruvien Luis Albertini.

Ce chant écrit en 1867 parle de l’esclavage, qui a été aboli en Colombie en 1851 et au Pérou en 1854. Le payandé est un grand arbre, type flamboyant, de la famille des acacias.

Version chorale 3 voix ensemble:

Voix alto:

Voix basse:

Voix soprano:

 Nací en las playas (de Magdalena)
Bajo la sombra de un payandé
De un payandé
Como mi madre fue negra esclava fue negra esclava
También la marca yo la llevé yo la llevé

Refrain :

(Ay) O-o-o Suerte maldita
Maldita suerte maldita
Llevar cadenas llevar cadenas
Y ser esclava
Y ser esclava de un vil señor
De un vil señor

Por las mañanas (cuando¬ amanece)
Me voy al campo con mi azadón
Con mi azadón
Como a tajazos plátano asado plátano asado
Riego la tierra con mi sudor con mi sudor

Refrain

Cuando a la sombra (de una palmera)
Quiero ampararme del rudo sol del rudo sol
Làtigos fieros cruzan mi espalda
Cruzan mi espalda
Y me recuerdan que esclavo soy
Que esclavo soy

Refrain

Si yo pudiera (tener mi lanza)
Vengarme airado de mi señor de mi señor
Con gusto vería arder su casa arder su casa
Y le arrancaría el corazón el corazón

Refrain

chantée par Lhasa (La Llorona)

Traduction : Je suis née sur les rives du fleuve Magdalena à l’ombre d’un payandé. Comme ma mère fut une esclave noire, la marque je l’ai moi aussi portée. Refrain : Aïe, destin maudit, porter des chaînes et être esclave d’un vil maître. Le matin quand le jour se lève je pars au champ avec ma pioche. Je mange des tranches de plantain grillé et j’irrigue la terre avec ma sueur. Lorsqu’à l’ombre d’un palmier je veux me protéger du soleil ardent. Des fouets cruels me lacèrent le dos et me rappellent que je suis esclave. Si je pouvais avoir ma lance, me venger, de mon maître. Avec plaisir je verrais brûler sa maison et je lui arracherais le cœur.