17-18 Nov 2018: Stage avec Valentina et Silvia de PassaMontagne à l’AQCV

2 jours de stage avec Passamontagne, déjà venus en 2016 nous apprendre I Bozzi Boni, Noi Vogliamo et Partire Partiro. De belles retrouvailles, un super concert dans la baraque du Bruit Qui Court par Valentina et Silvia…

Cinturini

cliquez ici pour accéder à la page de la chanson et du stage  sur notre site

Il Galeone

cliquez ici pour accéder à la page de la chanson et du stage  sur notre site

Se Spera

cliquez ici pour accéder à la page de la chanson et du stage  sur notre site

Merci à Sofia, Rémi, Denise et Corinne d’avoir fait le chemin jusqu’à Chambery pour venir chanter avec nous!

CONCERT : Samedi 17 Novembre, 20h:   Chants d’Italie

Le Bruit Qui Court, Rue Sainte Rose, Chambéry,  Prix libre (au chapeau) 

Silvia Rusignuolo et Valentina Volonté deux amies, deux chanteuses italiennes passionnées par le chant de tradition orale, vous accompagneront le long d’un voyage dans les sonorités des chants traditionnels italiens, du Nord au Sud. Pas de programme bien clair, elle suivront leurs envies et leurs souvenirs pour partir dans une région ou une autre…

Et peut-être vont- elles croiser votre chemin… N’oubliez pas , donc, vos paroles!

Merci aux Ebruiteurs!

Chansons glanées au Carnaval de la Plaine, Marseille, Mars 2018.

Touchez pas à la plaine

Nou Calelhs

Vien la Primavera

Adieu Paure Carnavas – en version bon anniversaire

Dimmi Bel Giovane

Ah il fallait pas que j’y aille

E più non canto

El Pescador

il Galeone

les 12 Amoureux

Nos faltan 43

Pan Pentito

Serenata Burianese

 Sin Pan

Stage Morizots 2018

Le stage

Merci beaucoup à Myriam d’être venue nous faire chanter cette année encore au stage de la Pentecôte aux Morizots.
Nous en ramenons quelques belles chansons : Shosholoza, Les Archers du Roi, Allez Allez Allez. Nous en avons profité pour retravailler sur La Rue des Lilas et La Danse des Bombes.

Et bien sûr, nous avons fait fuir les averses et profité du beau temps !

Quelques photos

A la Huelga! le 22 Mai 2018

Bon on a réussi a pas mal chanter dans la manif du 22 mai et ça a vraiment parlé aux gens, certain·es sont venu·es nous voir pour qu’on (re)chante telle ou telle chanson, certains nous ont demandé où on pouvait télécharger le carnet…
Après, niveau qualité des arrangements, c’est du « en manif » donc moins bien que quand on se pose!

La Semaine Sanglante

Les Canuts

le 8 mars 2018 à Chambéry

Il y avait les syndicats, il y avait la Lessiveuse qui faisait une opération « porteuse de paroles »… on était pas encore au niveau de l’Espagne (voir video en bas de page) mais peut-être était-ce un un début?

Au programme musical on a chanté « Si les femmes » , « Ya des garçons » , « L’hymne des femmes » ,  » Les Zhommes  » , « Sans la nommer » , « Bella Ciao » et « Je suis fille »

annee zero20180308_180025 20180308_185548 20180308_185554 20180308_191129

 

 

 

 

 

explications sur la banderole: (trouvees ici: http://www.lehall.com/evenement/femmesenchansons/mlf/mlf_01.htm)

« Le 26 août 1970, d’autres femmes ou les mêmes s’en vont déposer une gerbe, à l’Arc de Triomphe, en l’honneur de « la femme inconnue du soldat inconnu ». Ca ne plaît pas aux mal nommés gardiens de la paix qui les embarquent pour quelques heures au poste de police !

En septembre, d’autres femmes ou les mêmes font paraître un numéro double de la revue Partisans « Libération des femmes, année zéro« .Libération des Femmes

C’est un gros numéro de 250 pages avec en couverture le sigle du MLF : un poing fermé dans un cercle qui se prolonge par une croix, symbole biologique du sexe féminin. 250 pages bourrées d’analyses théoriques ou de récits d’expériences individuelles, signés de vrais noms, d’initiales, de pseudonymes et qui annoncent tous les thèmes ou presque qui allaient être les enjeux des luttes féministes pour la décennie à venir.

A partir de septembre, les mêmes, plus d’autres femmes, à chaque fois plus nombreuses, vont se presser aux assemblées générales qui se tiennent à la faculté des Beaux Arts, à Paris. L’amphi est trop petit, c’est bondé, enfumé, joyeux, énergique, créatif… En novembre, elles iront perturber les « Etats généraux de la femme » organisés par le magazine Elle, pastichant le questionnaire proposé aux femmes par l’hebdomadaire, par exemple la question de Elle : « Si une femme trompe son mari, est-ce une faute inexcusable dans tous les cas ? Une faute plus ou moins pardonnable selon les circonstances ? » devient : « Estimez-vous qu’une femme qui partage son oppresseur avec d’autres femmes a le droit d’aller se faire opprimer ailleurs ? » En décembre, elles feront le numéro zéro d’un nouveau journal menstruel « Le torchon brûle »… »