Vivre pour des idées *

paroles de Claude Reva
Musique de Max Rongier (en « style Brassens »)
LP: A Contre Courant , 1976

Mourir pour des idées disait le solitaire
Je suis d’accord mais il faut prendre tout son temps
Il oublie la logique la plus élémentaire
Qui veut que c’est debout qu’au mieux on les défend
Ils n’ont pas demandé ceux qui sont morts pour elles
D’être passés ainsi de la vie au trépas
Ils ne l’ont pas voulu la mort n’est jamais belle
C’est un peu grâce à eux que nous sommes encore là

Vivre pour des idées, d’accord,
D’accord, le plus longtemps possible…

Des idées il y en a et de toutes les sortes
Des bonnes et des mauvaises des fausses et des tordues
Il y en a d’usées comme des feuilles mortes
Qui ne résistent pas au premier vent venu
Il y en a d’autres enfin et qui ont la vie dure
Que vainement certains voudraient bien arrêter
Elles résistent même aux pires des injures
Et le sourire en coin continuent d’avancer

REFRAIN

C’est à longueur d’année qu’on nous dit et répète
Qu’il n’y a pas d’idées qui vaillent d’être crues
On perd beaucoup de temps à nous bourrer la tête
Avec cette idée là que l’on croyait perdue
Si certaines idées n’étaient pas dangereuses
On n’aurait pas besoin de les tenir en laisse
On les verrait en paix vagabonder heureuses
Au lieu de les faire sonder par la SOFRES

REFRAIN

Renvoyer dos à dos vérité et mensonge
C’est vouloir que les choses au fond ne changent pas
C’est arranger l’affaire des fabricants de songes
Qui voudraient que surtout les gens ne pensent pas
Rien ne sert de mourir je te le dis confrère
On n’aura pas assez de temps dans notre vie
Pas assez de chansons un peu trop d’adversaires
Pour défendre l’idée que l’on aura choisie

REFRAIN

J’veux du soleil *

– Au p’tit bonheur, 1992

J’suis resté qu’un enfant
Qu’aurait grandi trop vite
Dans un monde en super plastique
J’veux retrouver « Maman ! »
Qu’elle m’raconte des histoires
De Jane et de Tarzan
De princesses et de cerfs-volants
J’veux du soleil dans ma mémoire

Refrain : J’veux du soleil (4x)

J’veux traverser les océans
Devenir Monté Cristo
Au clair de lune m’échapper d’la ci-ta-delle
J’veux devenir roi des marécages
Sortir de ma cage
Un père noël pour Cendrillon
Sans escarpins

Refrain

J’veux faire danser maman
Au son clair des grillons
J’veux retrouver mon sourire d’enfant
Perdu dans l’ tourbillon
Dans l’ tourbillon de la vie
Qui fait que l’on oublie
Que l’on est resté des mômes
Bien au fond de l’abri

Refrain

J’suis resté qu’un enfant
Qu’aurait grandi trop vite
Dans un monde en super plastique
J’veux retrouver maman
Qu’em raconte des histoires
De Jane et de Tarzan
De princesses et de cerfs-volants
J’veux du soleil dans ma mémoire

Refrain

Demande aux Femmes

Paroles de Claude Reva,
Musique de Jean-Paul Roseau
Chantée par Francesca Solleville, 1974

Elles sont nées pour faire rêver
Pour faire rêver
Dans les magazines et dans les vitrines
Les femmes ont tant d’frivolité,
D’frivolité.

Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont nées pour balayer,
Pour balayer
Et Faire la vaisselle, vider la poubelle
Les femmes ont tant d’habileté, d’habileté

Demande à Hélène et puis à Guilaine,
Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont nées pour enfanter,
Pour enfanter
Et savent dès l’enfance
Qu’ c’est dans la souffrance
Les femmes ont tant d’générosité,
D’générosité.

Demande à Christine et à Micheline
Demande à Hélène et puis à Guilaine
Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont faites pour travailler,
Pour travailler
Et faire chacune deux journées dans une
Les femmes ont tant d’agilité,
D’agilité.

Demande à Colette et à Antoinette
Demande à Christine à Micheline
Demande à Hélène et puis à Guilaine
Demande à Gisèle et à Isabelle.

Elles sont faites pour lutter,
Oui pour LUTTER
Quand c’est leur colère
Qui remue la terre
Les femmes aussi savent lutter,
Savent lutter.

Demande à Rosa et à Angéla,
Demande à Colette et à Antoinette
Demande à Christine et à Micheline
Demande à Hélène et puis à Guilaine
Demande à Gisèle et à Isabelle …

Références (à vérifier que c'est bien la bonne personne pour certaines):

· Colette Guillaumin: https://fr.wikipedia.org/wiki/Colette_Guillaumin
· Antoinette Fouque: https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoinette_Fouque
· Christine Delphy: https://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_Delphy
· Micheline de Sève: https://fr.wikipedia.org/wiki/Micheline_de_S%C3%A8ve
· Hélène Brion: https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9l%C3%A8ne_Brion
· Guilaine Enoc: https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2016-1-page-136.htm?contenu=resume#
· Gisèle Halimi: https://fr.wikipedia.org/wiki/Gis%C3%A8le_Halimi
· Isabelle Alonso: https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Alonso
· Rosa Parks: https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_Parks
· Angela Davies: https://fr.wikipedia.org/wiki/Angela_Davis

Voleurs d’Eau

Concert du 20 décembre 2009 par la Chorale de St Julien Montdenis, dirigée par Aude Féaz

voix baryton (avec Cécile Mai 2019):

Paroliers : Henri SALVADOR / Bernard MICHEL
Paroles de Les Voleurs d’eau (musique d’après un thème du folklore)

Ils détournent la rivière, [là haut, là haut]
Ils se moquent de nos misères,
[là haut, là haut]
Si la soif nous affaiblie
Et si nos sources sont taries, [Tous nos troupeaux]
Vont périr l’un après l’autre,[ là haut, là haut]
Il faut sortir nos fusils, [là haut, là haut]
Il faut lutter pour nos vies
Mais d’abord il nous faut parler
[A ces gringos, Tantôt

Nos terres sont les plus fertiles [C’est l’eau, 2x]
Et nous vivions si tranquilles [ De nos travaux]
Quand nous montions dans nos barques
Lorsque nous pêchions dans le lac,
[Heureux, 2x]
Ils veulent construire un barrage, [Là haut, 2x]
C’est la vallée qu’ils saccagent, [Là haut, 2x]
Ils inonderont nos villages
Et nous mettrons dans des cages,
[Là haut comme des corbeaux]

Nous devons les empêcher, [ Là haut, , 2x]
De détruire nos foyers, [si beaux, 2x]
Les adultes vont s’armer,
Les enfants vont les aider *
Il faut de l’eau, Il faut de l’eau, De l’eau

Ils nous montrent des contrats, [C’est tout, 2x]
Qui leur donnent tous les droits, [ Sur nous, 2x]
Ils veulent nous rayer du temps,
Et puis du monde des vivants,
[Pour de l’argent, l’argent]

Que ferions-nous dans leur ville, Tombeau, 2x]
Comme des tigres qu’on exile, [Au zoo, 2x]
C’est pourquoi jusqu’au dernier,
Nous lutterons pour exister
Pour l’eau, pour l’eau, pour l’eau, pour l’eau…
De l’eau, de l’eau, de l’eau…

*légère modification de « les hommes vont s’armer, et les femmes vont les aider »

El Payandé*

Paroles du Colombien Vicente Holguin,
Musique du Péruvien Luis Albertini.

Ce chant écrit en 1867 parle de l’esclavage, qui a été aboli en Colombie en 1851 et au Pérou en 1854. Le payandé est un grand arbre, type flamboyant, de la famille des acacias.

Version chorale 3 voix ensemble:

Voix alto:

Voix basse:

Voix soprano:

 Nací en las playas (de Magdalena)
Bajo la sombra de un payandé
De un payandé
Como mi madre fue negra esclava fue negra esclava
También la marca yo la llevé yo la llevé

Refrain :

(Ay) O-o-o Suerte maldita
Maldita suerte maldita
Llevar cadenas llevar cadenas
Y ser esclava
Y ser esclava de un vil señor
De un vil señor

Por las mañanas (cuando¬ amanece)
Me voy al campo con mi azadón
Con mi azadón
Como a tajazos plátano asado plátano asado
Riego la tierra con mi sudor con mi sudor

Refrain

Cuando a la sombra (de una palmera)
Quiero ampararme del rudo sol del rudo sol
Làtigos fieros cruzan mi espalda
Cruzan mi espalda
Y me recuerdan que esclavo soy
Que esclavo soy

Refrain

Si yo pudiera (tener mi lanza)
Vengarme airado de mi señor de mi señor
Con gusto vería arder su casa arder su casa
Y le arrancaría el corazón el corazón

Refrain

chantée par Lhasa (La Llorona)

Traduction : Je suis née sur les rives du fleuve Magdalena à l’ombre d’un payandé. Comme ma mère fut une esclave noire, la marque je l’ai moi aussi portée. Refrain : Aïe, destin maudit, porter des chaînes et être esclave d’un vil maître. Le matin quand le jour se lève je pars au champ avec ma pioche. Je mange des tranches de plantain grillé et j’irrigue la terre avec ma sueur. Lorsqu’à l’ombre d’un palmier je veux me protéger du soleil ardent. Des fouets cruels me lacèrent le dos et me rappellent que je suis esclave. Si je pouvais avoir ma lance, me venger, de mon maître. Avec plaisir je verrais brûler sa maison et je lui arracherais le cœur.

ADEKALOM

Danyel Waro, 1994
La Réunion, le 25 octobre 1979. Les frères Adékalom, agriculteurs dans le sud de l’île sont arrêtés dans la forêt de l’Étang-Salé car leurs animaux paissaient sur une parcelle de l’ONF. Leur troupeau de cabris est saisi et vendu aux enchères. De cette histoire est née une lutte dure, complexe, où le combat des frères est devenu un symbole de la résistance réunionnaise. « Soutenu par des chanteurs de maloya puis par le Parti Communiste, le combat des frères Adékalom est devenu un symbole de la résistance réunionnaise contre des décisions prises depuis Paris sans prendre en considération les réalités locales » (Libération).

pour en savoir plus: EMISSION de radio « Maloya là bas » de Daniel Mermet en Mai 2014, à la réunion:

[ D# F# D A D#m B F#m C# G Gm]

Adékalom (*3) paye pas
Adékalom (*3) paye pas l’amende là (x2)

Namett ensemble (*3) larg’ pas
Namett ensemble (*3) larg’ pas lo kor là (2x)

Anon fé rend (*3) bann a
Anon fé rend (*3) bann a la terre là (2x)

Dé feu dann’ cann’ (*3) la loi
Dé feu dann’ cann’ (*3) la loi la France là (2x)

Adékalom (*3) paye pas
Adékalom paye pas l’amende là (x2)

(break percus corporelles)

Ici la Réunion
kartié étang-salé
3 jeunes réyonais
la patti marron (2x)

Ca bond Adékalom té misère
Grand matin ker soleil gros fé noir
Un grand l’anné su la terre veinard
Aujourd’hui zot i veut pu souffert (2x)

Ici la Réunion
3 jeunes Réyonais
Zot la refusé
crev’ comme ticolon (2x)

Zot idit comm ça nous sat mi veut
la pas kit nout’ pays embarqué
Mais seulement rest’ici pou’ travaill’
Pour arrang’ un chemin pou marmaill’ (2x)

La men’ zanimo
Cabri canard bœuf
Caro filao
T’a vend l’ONF (2x)

La loi la boche a zot comm’ ça même
La faut’ a zot la geole colonial
Dann’ a zot a l’amend tribunal
Réyonnais a pour dor zu zoréyé (2x)

La men’ zanimo …. (2x)

Petite video (parce que pour les percus corporelles le visuel est primordial) à Saint Julien Molin Molette 2018 – chanté par la Gouaille de Lille. Merci à elles et eux!

 

17-18 Nov 2018: Stage avec Valentina et Silvia de PassaMontagne à l’AQCV

2 jours de stage avec Passamontagne, déjà venus en 2016 nous apprendre I Bozzi Boni, Noi Vogliamo et Partire Partiro. De belles retrouvailles, un super concert dans la baraque du Bruit Qui Court par Valentina et Silvia…

Cinturini

cliquez ici pour accéder à la page de la chanson et du stage  sur notre site

Il Galeone

cliquez ici pour accéder à la page de la chanson et du stage  sur notre site

Se Spera

cliquez ici pour accéder à la page de la chanson et du stage  sur notre site

Merci à Sofia, Rémi, Denise et Corinne d’avoir fait le chemin jusqu’à Chambery pour venir chanter avec nous!

Se Spera

Chanson de la région de Venise, chant de 1700 chanté jusque dans les années 1870.

Anonyme.

stage Passamontagne 2018

Se spera che presto finissa ea guerra
E alora qua in tera sparissa ogni mal
Se spera che l’Austria, che Prussia che’l mondo
Se cambia de fondo no’l sia più bestial

Se spera che i sassi deventa paneti
Parché i poareti i se possa saziar
Se spera che l’acqua deventa siampagna
Parché no i se lagna chi vol giubilar

Se spera che’l caldo prinicipia in genaro
E senza tabaro poter caminar
Se spera che adesso no nasa più tose
Parché les morose se possa sposar

Se spera che’l nostro governo
No vogia in eterno le tasse lassar
Se spera e sperando ne capita l’ora
De andar in bonora co’l nostro sperar
De andar in malora co’l nostro sperar

petite video de fin de stage Passamontagne 2018

Il Galeone

Poème de Belgrado Pedrini, 1967, Musique : Paola Nicolazzi

 Pedrini, anarchiste de Carrare (Toscane), l’écrit en prison. Le titre original était Schiavi (« esclaves »). Il a ensuite été mis en musique par Paola Nicolazzi sur la base d’une chanson populaire intitulée, curieusement, « Si tu te fais nonne », Elle est devenue une des chansons anarchistes italiennes les plus célèbres.

Voix Principale (Passamontagne, Nov 2018)

toustes ensemble en fin de stage

début: voix principale

début: voix 2 (alti/contralti)

début: voix 3 (soprani)

début: voix 4 (tenori – qu’on n’a pas travaillée)

variante: voix principale:

variante: voix 2 (alti/contralti)

variante: voix 3 (soprani)

variante: voix 4 (tenori – qu’on n’a pas travaillée)

(que la voix principale) Siamo la ciurma anemica
D’una galera infame
Su cui ratta la morte
Miete per lenta fame.

(entrent les alti) Mai orizzonti [tz] limpidi
Schiude la nostra aurora
E sulla tolda squallida
Urla la scolta ognora.

(entrent les soprani) I nostri dì s´involano
Fra fetide carene
Siam magri smunti schiavi
Stretti in ferro catene.

(Variante:) Sorge sul mar la luna
Ruotan le stelle in cielo
Ma sulle nostre luci
Steso [z] è un funereo velo.

Torme di schiavi adusti
Chini a gemer sul remo
Spezziam queste catene
O chini a remar morremo!

(Voix principale) Cos’è gementi schiavi
Questo remar remare ?
Meglio morir tra i flutti
Sul biancheggiar del mare.

(+alti) Remiam finchè la nave
Si schianti sui frangenti
Alte le rossonere
Fra il sibilar dei venti!

(+soprani) E sia pietosa coltrice
L’onda spumosa e ria
Ma sorga un dì sui martiri
Il sol dell´Anarchia.              (2x)

(Variante:) Su schiavi all’armi all´armi!
L’onda gorgoglia e sale
Tuoni baleni e fulmini
Sul galeon fatale.

Su schiavi all´armi all´armi!
Pugnam col braccio forte!
Giuriam giuriam giustizia!
O libertà o morte!
Giuriam giuriam giustizia!
O libertà o morte!  (crié -articulé)

Partitions (site vocedimezzo)

 

 

 

 

 

petite video de fin de stage

et la traduction! : La Galère




Cinturini

« Tiketeta », c’est le bruit des machines à coudre…
Chanson en dialecte d’Ombrie. Des ouvrières du textile, d’une usine de sacs de jute (activité très malodorante) près de Pérouse, dénoncent les préjugés des hommes sur les ouvrières, et affirment leur valeur et leur beauté en envoyant balader ceux qui les méprisent.

Voix principale 1er couplet et refrain (Passamontagne, Nov 2018)

Voix principale 2ème couplet (Passamontagne, Nov 2018)

Voix haute Refrain (Passamontagne, Nov 2018)

Rythmique haute (Passamontagne, Nov 2018)

Rythmique basse (Passamontagne, Nov 2018)

Tous ensemble en fin de stage

Semo de Cinturini
Lasciatece passà
Semo belle e simbatiche
Ce famo rispettà

1er Refrain:  Matina e sera, ticchetettà
Infinu a sabadu ce tocca d’abbozzà (2x)

Quanno fischia la sirena
Prima innanzi che faccia jurnu
Ce sentite atturnu atturnu
Dentre Terni da passà

1er Refrain

Quanna a festa ce vedete
Quanno semo arcutinate
Pe signore ce pijate
Semo scicche in verità

1er Refrain

Se quarcunu che se crede
Perché semo tessitore
Ma se nui famo all’amore
La facemo pe’ scherzà

(2ème refrain, 2x)
E se ce dicono, tant’accusci
Je dimo squaiatela pe’me tu poli ji

1er REFRAIN 3X – avec 2 voix rythmiques en plus sur la 2è et 3è fois


Traduction :
« Nous sommes de Cinturini, laissez-nous passer, nous sommes belles et sympathiques, nous nous faisons respecter
Matin et soir, tiketeka (son de la machine à coudre) jusqu’au samedi on doit s’y résigner
Quand sonne la sirène, avant même qu’il ne passe jour, vous nous entendez passer dans Terni
Quand vous nous voyez à la fête et que nous sommes bien habillées, vous nous prenez pour des dames, nous sommes chic en vérité
Si certains se la jouent parce que nous ne sommes que des couturières, lorsque nous faisons l’amour (avec eux) c’est pour nous amuser (à leur dépens)
Et s’ils nous disent des méchancetés, on leur dit «cassez-vous, pour nous c’est vous qui puez!»


Cinturini, petite video de fin de stage: