Etat d’urgence

Chorale des Canulars  (?)

Les bombes éclatent en longs sanglots
Déchirent les nuits de Paris
La France aiguise ses drapeaux
En appelle à la sainte patrie
Mais j’ chant’rai pas, ne vous déplaise
Votre sanglante Marseillaise

Sur un marché au Nigéria
Parait qu’ y a eu un attentat
Ou quand ça bombarde en Syrie
C’est loin on n’entend pas les cris
On n’en a pas beaucoup parlé
C’est normal y’ avait pas d’ Français

La France fabrique et vend des armes
Qui dit les armes dit la guerre
Qui dit la guerre dit les larmes
La mort la peur et la misère
Mais quand ça s’ passe près d’ la maison
L’ sang abreuve nos télévisions

On claironne l’état d’urgence
Et on assigne à résidence
Ouvre la chasse aux musulmans
Ferme les frontières aux migrants
Et on en profite en passant
Pour traquer quelques militants

Dans les replis identitaires
De vos drapeaux de vos bannières
Vous étouffez c’est tout froissé
Pour s’ libérer faudra r’passer !
Sans dieu sans maître et sans patrie
On pourrait juste aimer la vie

ÉTAT D’URGENCE ON S’ASSIGNE A RÉSISTANCE !

Grândola Vila Morena

Diffusée à la radio portugaise le 25 Avril 1974, comme signe de  déclenchement de la Révolution des Oeillets qui mit fin à la dictature que le Portugal endurait depuis 1933.

nous (en version beta) :

Grândola vila morena
Terra da fraternidade
O povo é quem mais ordena
Dentro de ti ó cidade

Dentro de ti ó cidade
O povo é quem mais ordena
Terra da fraternidade
Grândola vila morena

~ ~ ~

Em cada esquina um amigo
Em cada rosto igualdade
Grândola vila morena
Terra da fraternidade

Terra da fraternidade
Grândola vila morena
Em cada rosto igualdade
O povo é quem mais ordena

~ ~ ~

À sombra de uma azinheira
Que já não sabia a idade
Jurei ter por companheira
Grândola a tua vontade

Grândola a tua vontade
Jurei ter por companheira
À sombra de uma azinheira
Que já não sabia a idade

Traduction :
Grândola ville brune
Terre de fraternité
Le peuple est celui qui commande le plus
En toi, cité

En toi cité
Le peuple est celui qui commande le plus
Terre de fraternité
Grândola ville brune

A chaque côté un ami
A chaque face, l’égalité
Grândola ville brune
Terre de fraternité

Terre de fraternité
Grândola ville brune
A chaque face l’égalité
Le peuple est celui qui commande le plus

A l’ombre d’un chêne vert
Qui ne connait pas son âge
J’ai juré d’avoir pour compagne
Grândola, ta volonté

Grândola, ta volonté
J’ai juré d’avoir pour compagne
A l’ombre d’un chêne vert
Qui ne connait pas son âge

La Danse des Bombes

chantée par La chorale des Sans Noms de Nancy (super beau!)
https://www.sans-nom.net/component/commedia/page/1/5/1

par une chorale en Angleterre! 😀

et par La Clique Vocale

chantée par nous en stage avec Myriam Krivine

voix basse :


voix mediane :


voix haute :

Oui barbare je suis
Oui j’aime le canon
La mitraille dans l’air
Amis, amis, dansons.

Refrain

La danse des bombes
Garde à vous ! Voici les lions !
Le tonnerre de la bataille gronde sur nous
Amis chantons,
  Amis dansons !    
La danse des bombes
Garde à vous ! Voici les lions !
Le tonnerre de la bataille gronde sur nous
Amis chantons !

L’âcre odeur de la poudre
qui se mêle à l’encens.
Ma voix frappant la voûte
et l’orgue qui perd ses dents. !

Refrain     

La nuit est écarlate.
Trempez-y vos drapeaux
Aux enfants de Montmartre,
(C’est) la victoire ou le tombeau !
Aux enfants de Montmartre,
la victoire ou le tombeau !

Oui barbare je suis,
Oui j’aime le canon,
Oui, mon cœur je le jette
à la révolution !
ou :
Oui barbare, Oui barbare ,
jette, à la révolution !

Refrain

Oui, mon cœur je le jette
à la révolution !

 

A la Marmite du 1er mai

On a chanté lundi dernier avec les amis de la FA73

Un grand merci a eux pour le repas végétarien à prix libre et succulent comme toujours, préparé sous la pluie et dans le froid….

Heureusement, on a terminé au soleil et en bras de chemise a se prélasser au soleil

de mémoire on a chanté A la Huelga, Maknovtchina, Juillet 36, Si les femmes, Ya des garçons (le refrain!), Je suis Fille, Bella Ciao, Noi Vogliamo l’Ugualianza, I Bozzi Boni, En el Pozo Maria Luisa, La semaine Sanglante, Frontieres

Comme vous pouvez le voir, c’était rock and roll!

2017 05 01 marmite

et le tract de la Marmite!

marmite 2017

Laissez passer les sans-papiers

Le célèbre titre écrit par Gainsbourg, chanté par Régine ; détourné pour la cause
Air : « Les p’tits papiers » de Gainsbourg aussi

Laissez passer les sans papiers
Les oubliés, les délaissés
Les exploités, les refoulés
Du monde entier.

Laissez passer les clandestins,
Toujours cachés, c’est leur destin
Ici, ailleurs, et comme partout
On les rend fous.
Laissez passer les sans papières
Les déplacées de toutes les guerres
Toujours violées ou prostituées,
Mais révoltées.

Laissez passer les clandestines
Mariage forcé, toujours victimes
Les excisées, les violentées
Mais révoltées.

Donnons-leur au moins des papiers
Pour l’honneur et la liberté
Egalité, fraternité
Enfin trouvées.

Mettons fin à cet esclavage
Douleur sans fin, C’est d’un autre âge
La peur de l’autre est révolue
On n’en veut plus !

Laissez passer Les sans papiers
Les oubliéEs Les mépriséEs
Les exploitéEs Les refouléEs
Du monde entier

Accueillez tous Les Sans Papiers.
De la plac’, Il y en a assez.
Fraternisons, Réagissons
REAGISSEZ !

E’ Finidi I Bozzi Boni

E’ finidi, E’ finidi, E’ finidi, li bozzi boni…


avec Lorenzo et Valentina de Passamontagne

Oggi è l’ultimo giorno,
O che festa, che allegria!
El padró ce manna via,
Perchè bozzi non c’è più! (2x)
1-2-3
E’ finidi i bozzi boni,
C’è rimasti li doppioni;
Venga avanti ’sti padroni,
Li volemo saludà . (2x)

E’ finidi i bozzi boni,
C’è rimasti quelli tristi;
Venga avanti ’sti ministri,
Li volemo saludà . (2x)

E alla giratora poi,
Che la gira la filandra,
El padrone je domanda:
E la seta come va? (2x)

E la seta la va bene,
A ’ste povere sottiere,
A ’ste povere sottiere,
No’ le manna mai da ca’. (2x)

E la provinatora poi,
Che ne viene da Milano,
Coi provini sulle mano,
Alle donne fa tremà . (2x)

E la piegatora poi,
Che li piega li mazzetti,
E li piega stretti stretti,
Pe’ non falli comparì. (2x)

Il padrone a noi ci grida,
Troppo tardi je venimo,
Con maniere je lo dimo:
Ce sentimo poco be’! (2x)

E non giova medicine,
Nostra bocca è tanto amara,
El calor de la caldara
Ce consuma notte e dì (2x)